S'identifier - S'inscrire - Contact


Elections fdrales de juin 2010

Comme lors de chaque chance lectorale, nous nous lanons dans le dbat.
Mais nous n'avons pas les forces vives des partis politiques et comme les dlais sont trs courts, nous devrons nous limiter dans nos dmarches.
Nanmoins, nous vous offrons dj sur ce site un rassemblement dinformations et dactualits sur les lections fdrales de juin 2010.

Bonne lecture

L'quipe de lObservatoire indpendant de lEnvironnement en Brabant wallon.

Consultez galement notre avertissement aux lecteurs et commentateurs.





les lections 2010 dans la presse


Agorati


Sabine Laruelle plaide pour un système de pensions «à la suédoise»

 Les nouvelles des partis francophones  Mardi 21/06/2011  Version imprimable

Source :

Ministre en charge depuis huit ans des indépendants, dont elle a augmenté les pensions, Sabine Laruelle entend bien aller plus loin si les circonstances le permettent et propose par ailleurs pour tous les citoyens, quel que soit leur statut, un système de retraites «à la suédoise.» Sans qu'il soit bien sûr question d'une privatisation des pensions, «à l'américaine.»

Ce sont les pensions de tous les Belges qui intéressent la Ministre MR, favorable à un changement de système radical modelé sur celui qui existe en Suède afin d'assurer l'avenir de tous nos retraités. «On garde la pension par répartition, les actifs payant les retraites actuelles, à hauteur de 80 à 85% et on y ajoute 15 à 20% de pension par capitalisation: je cotise pour ma pension future,» a expliqué Sabine Laruelle dans une interview publiée ce mardi dans les journaux du groupe Sudpresse. «Cela diversifie les risques, car notre système actuel dépend trop de la démographie et permet à celui qui travaille plus de gagner plus,» a-t-elle ajouté, précisant que son système ne dédaigne pas le 2ème pilier des pensions que sont les assurances de groupe, etc. «Je le renforce même pour que plus de salariés et d'indépendants y aient accès et le 3ème pilier, l'épargne-pension, est aussi conservé. Mais bon, la Suède a mis 10 ans pour assurer la transition vers ce système. Il est donc temps d'y réfléchir,» a-t-elle expliqué. «Je précise aussi qu'il faut des garde-fous pour éviter une forme de privatisation à l'américaine... et cette solution ne peut pas augmenter les charges sur le travail. Payer plus, ce n'est pas possible. Il y a moyen d'équilibrer le système avec davantage de gens au travail, etc.,» a encore précisé Sabine Laruelle. Rappelons que la Ministre réformatrice a augmenté la pension minimale des indépendants de 450€ par mois, lissé le malus qui touche les seuls indépendants partant avant 65 ans à la retraite, fait passer le nombre d'années de carrière minimale de 45 à 42 ans, etc. «C'est mieux, mais il faut poursuivre l'effort: la pension moyenne d'un indépendant est de 870€, contre 1.900€ pour un fonctionnaire et 1.255€ pour un salarié... Et c'est vrai que la chute du gouvernement a bloqué la réforme des pensions. On ne peut plus attendre 10 ans pour avancer dans ce dossier,» constate Sabine Laruelle. A propos de l'âge de la retraite, la Ministre MR considère qu'il faudrait pour chacun «se rapprocher de l'âge moyen des indépendants qui tourne autour des 62 ans (56 ans pour un ouvrier, 57 pour un employé et 59 pour un fonctionnaire). Mais cela ne sera pas suffisant..., car il faut rester réaliste et regarder les pyramides d'âge. Aujourd'hui, 2,5 à 3 travailleurs financent la pension d'un retraité. En 2040, on passera à 1,5 pour 1. On peut créer 50, 60 ou 70.000 emplois par an, cela ne sera pas assez....» Sabine Laruelle considère aussi qu'il faut «arrêter de faire peur aux gens» en parlant de repousser l'âge de la pension: «regardez le taux d'inactifs: 47% des 55 à 59 ans et 82% des 60 à 64 ans. Que l'on réduise ce taux et accompagne les chômeurs âgés, ce que l'on ne fait plus au-delà de 50 ou 55 ans. Travailler sur mes solutions vaut mieux que de parler de la retraite à 67 ans!» Quant aux prépensions, Sabine Laruelle considère que le système doit impérativement être adapté: «Ce n'est pas possible de voir des gens quitter le monde du travail à 52 ans. Tous doivent vraiment faire des efforts, les syndicats comme les employeurs. La FEB ne peut pas critiquer le gouvernement qui accorde des prépensions à cet âge-là, alors que ce sont des employeurs qui les demandent! Il faut aussi améliorer l'information des futurs pensionnés, dès 55 ans. Voilà ce que vous avez aujourd'hui, ce que vous aurez demain, etc. Une info plus complète, plus lisible. Il y a des choses qui existent, qui ont bougé, mais les gens se posent encore trop de questions. Quand vous avez une carrière mixte (500.000personnes), cela n'est pas simple à expliquer....»

Articles portant sur des thmes similaires :